Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Belgicana

Belgicana

Collection privée d'un amateur de livres et autographes d'écrivains belges (XIXe-XXe siècles)

Eugène Demolder, Quatuor, 1897. 1/5 ex. sur Japon. Envoi autographe à Lucien Guitry.

J’ai récemment fait l’acquisition, auprès d’un libraire bruxellois, de trois éditions originales de l'écrivain belge Eugène Demolder (1862-1919), sur grands papiers et avec envois, provenant de l’ancienne collection du riche industriel belge Carlo de Poortere (1917-2002), connu dans le milieu des bibliophiles pour avoir entre autres possédé l’une des plus importantes collections d’œuvres du peintre-graveur belge Félicien Rops, ainsi que des manuscrits et éditions sur grands papiers de Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren, Georges Rodenbach et Michel de Ghelderode. Ce n’est là que la partie immergée de l’iceberg sous laquelle j’ai eu l’immense joie de découvrir entre autres l’existence d’une dizaine de manuscrits/épreuves corrigées d’Eugène Demolder, dont un roman inédit. J’aurai certainement l’occasion de vous en parler un jour sur ce blog.

En attendant, parlons livres ! 

Mes trois dernières acquisitions

Mes trois dernières acquisitions

Le premier ouvrage qui vient compléter le fonds Eugène Demolder de ma bibliothèque est son Quatuor de nouvelles, avec une couverture et trois croquis de Félicien Rops et treize ornementations d'Etienne Morannes, pseudonyme de Claire Demolder-Rops, fille de Félicien Rops et épouse d’Eugène Demolder, paru à Paris, au Mercure de France, en 1897. 

Couverture de "Quatuor" réalisée par Félicien Rops

Couverture de "Quatuor" réalisée par Félicien Rops

La singularité de mon exemplaire repose premièrement sur la grande beauté de sa reliure. Très soignée, celle-ci n’est pas signée, mais elle n’est pour sûr pas l’œuvre d’Émile Fryns à qui Carlo de Poortere confiait la plupart de ses éditions brochées du XIXe. La reliure est d’époque et a pu être réalisée à la demande de son premier propriétaire, le comédien français Lucien Guitry (1860-1925), grand ami des Demolder, à qui le livre est nominativement adressé.

C'est un très beau in-12 à la bradel, plein vélin crème. Les plats sont frappés de filets d’encadrement dorés. Le dos est orné de 5 fleurons dorés. La tranche supérieure est également dorée. Les couvertures ont été conservées. 

Reliure

Reliure

L’ex-libris de Carlo de Poortere est collé sur la garde du premier contreplat : c’est un macaron octogonal, en cuir rouge, avec l’inscription dorée EX LIBRIS CARLO DE POORTERE, surmontée d’un dessin doré d’un métier à tisser, motif qui rappelle l’activité de la célèbre manufacture familiale dont il est l'héritier. 

Ex-libris Carlo de Poortere

Ex-libris Carlo de Poortere

Les exemplaires sur grands papiers de Quatuor sont extrêmement rares : ici 1 des 5 sur papier Japon non numérotés, 2e grand papier après 5 exemplaires sur papier de Chine, et avant 10 exemplaires sur papier de Hollande. 

 

Sur la page de faux-titre, on peut lire un très bel envoi d'Eugène Demolder à son ami Lucien Guitry : « à Lucien Guitry / mon maître ès théâtre / en toute et grande / reconnaissance / et de tout cœur / Eugène Demolder ». 

Envoi d'Eugène Demolder à Lucien Guitry

Envoi d'Eugène Demolder à Lucien Guitry

Le début de la grande amitié qui a lié les deux hommes, dont Sacha Guitry s’est fait l’écho dans ses mémoires, est postérieur d’au moins deux ans à la parution de Quatuor comme en témoigne la première lettre adressée par Lucien Guitry à Eugène Demolder le 5 décembre 1899 afin de lui témoigner son admiration pour son nouveau roman La Route d’émeraude (Paris, Mercure de France, 1899) :

 

Monsieur,

 

J’ai enfin pu me procurer votre adresse. Il y a trois semaines que je veux vous écrire. Je viens de lire un livre admirable. C’est La Route d’émeraude. Je ne sais si l’on vous a dit l’importance qu’il prend à Paris. Je me félicite d’être avec mon ami Alphonse Allais qui me l’a signalé pour quelque chose là-dedans. Pour peu, car nous n’avons qu’exprimé notre joie d’avoir lu un livre aussi beau. Mais enfin … quelque chose, je suis parfaitement inconnu de vous mais je ne puis m’empêcher de vous écrire (et c’est la première démarche de ce genre que je fais depuis ma naissance, qui n’a pas eu lieu ces jours-ci) que votre livre est merveilleusement beau.

Je suis Monsieur votre admirateur dévoué.

Lucien Guitry

Mardi 5 décembre 1899

 

Quand Demolder a-t-il donc adressé l'un des cinq exemplaires sur Japon de Quatuor à son ami ? C'est une lettre de Sacha Guitry (1885-1957) à Eugène Demolder, datée du 15 octobre 1903, qui nous l'apprend : « Votre livre, à le lire, va me causer de grands plaisirs. Mais comme il est court ! Enfin je relirai La Route d'Émeraude quand je l'aurai fini. [...] Mon père aussi a reçu un magnifique exemplaire de Quatuor ». La lettre a été vendue chez Ader Nordmann en 2011 (voir les détails ICI). 

 

36 lettres adressées à Eugène Demolder par Lucien Guitry sont conservées à la BNF sous la cote MN729 : on en apprend davantage sur les relations amicales entre les deux familles, les nombreux séjours des Guitry à la Demi-Lune, propriété des Demolder-Rops à Corbeil-Essonnes, et à la Guimorais, près de Saint-Malo, où le couple Demolder avait l’habitude de séjourner pour les vacances. Guitry y témoigne une grande bienveillance pour les œuvres de l'écrivain belge dont il accuse réception, notamment pour La Route d’émeraude qu’il aimerait voir portée sur les planches d’un théâtre (Richepin s’en chargera en 1909), et n’hésite pas à lui suggérer des améliorations pour son Pieter de Delft écrit en collaboration avec Alfred Jarry (1873-1907). L’amitié entre les deux hommes sera immortalisée dans les impressions de voyage en Espagne de Demolder parues sous le titre L’Espagne en auto, en 1906, dédicacées à « Lucien Guitry, mon compagnon de voyage » en souvenir de leur périple entre le 12 juin et le 4 juillet 1905.

 

lui aura donc sans doute adressé le Quatuor dédicacé dans le courant de l’année 1900. 
Dédicace d'Eugène Demolder à Lucien Guitry dans "L'Espagne en auto" (Paris, Mercure de France, 1906)

Dédicace d'Eugène Demolder à Lucien Guitry dans "L'Espagne en auto" (Paris, Mercure de France, 1906)

Pour terminer, parlons des illustrations qui composent l'ouvrage. Comme mentionné plus haut, Quatuor est richement illustré par trois croquis de Félicien Rops :

- un portrait de femme à l'éventail en plein pied sur la page de titre ; 

- un échassier sur la page de titre de la nouvelle "La Fortune de Pieter de Delft" ; 

- un portrait de femme au pissenlit en regard de la table des matières. 

Les trois croquis de Félicien Rops pour le "Quatuor" de son gendre Eugène Demolder

Les trois croquis de Félicien Rops pour le "Quatuor" de son gendre Eugène Demolder

À la couverture et aux trois croquis de Félicien Rops, il faut ajouter les treize ornementations d'Étienne Morannes, pseudonyme de Claire Demolder-Rops, dont j'extrais ci-dessous les cinq plus savoureuses témoignant des amitiés littéraires et artistiques du couple. 

 

Cinq illustrations de Claire Demolder-Rops pour "Quatuor"

Cinq illustrations de Claire Demolder-Rops pour "Quatuor"

De nombreuses têtes coupées d’auteurs, artistes-peintres et amis proches du couple servent d'ornementations, sans grand rapport avec le contenu des proses, à commencer par cet arbre sur lequel figurent les visages de Félicien Rops, Émile Verhaeren, Eugène Demolder, Maurice Maeterlinck et Georges Eekhoud, à la manière de Félix Vallotton. 

 

Têtes coupées de Félicien Rops, Émile Verhaeren, Eugène Demolder, Maurice Maeterlinck et Georges Eekhoud

Têtes coupées de Félicien Rops, Émile Verhaeren, Eugène Demolder, Maurice Maeterlinck et Georges Eekhoud

Deux vignettes réalisées par Claire Demolder pour la nouvelle La Fortune de Pieter de Delft, dans laquelle les deux principaux personnages sont des compagnons de débauche, figurent l'amitié entre le peintre James Ensor et l'écrivain Eugène Demolder. La première vignette, au seuil du récit, représente Demolder à une fenêtre, fumant une longue pipe de Gouda, soit l’illustration du moment où Pieter, l’inventeur imaginaire de la faïence de Delft, dans la nouvelle, pose à la fenêtre avec sa pipe dans une sorte d’arrangement esthétique, et contemple les paysages de neige qu’il aimerait représenter dans ses tableaux à manière de Pieter Bruegel. La seconde vignette, clôturant le récit, représente sous les traits du peintre James Ensor, le personnage de Dirk avec un chapeau et une plume.

 

 

Le personnage Pieter de Delft, représenté sous les traits d'Eugène Demolder, fumant la pipe

Le personnage Pieter de Delft, représenté sous les traits d'Eugène Demolder, fumant la pipe

Dirk, le personnage sulfureux de la nouvelle "La Fortune de Pieter de Delft", représenté sous les traits du peintre James Ensor.

Dirk, le personnage sulfureux de la nouvelle "La Fortune de Pieter de Delft", représenté sous les traits du peintre James Ensor.

Pour la table des matières, Claire réalise un portrait de Félicien Rops endormi, visage vieilli, nez crochu accentué et déguisé en polichinelle, soit un pendant du polichinelle au crâne à la marotte macabre gravée par Rops avec sa devise : « Aultre ne veux estre ».
 
Félicien Rops endormi

Félicien Rops endormi

Devise de Félicien Rops

Devise de Félicien Rops

Enfin, une dernière vignette clôt l'ouvrage en mettant en avant les figures de l’avocat Edmond Picard, l’écrivain Camille Lemonnier et une personne dont nous n’avons pu déterminer l’identité. 
Edmond Picard, Camille Lemonnier et ?

Edmond Picard, Camille Lemonnier et ?

Merci d'avoir lu jusqu'ici et à bientôt pour un nouvel article! 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Luc 14/05/2016 11:34

Un exemplaire de toute beauté!

quaghebeur 13/05/2016 11:36

Quelle divine surprise